L.C.A.

DEFINITION :

 

La stabilité du genou est assurée par des ligaments qui sont des sortes de haubans plus ou moins élastiques maintenant les surfaces articulaires en contact.

 

Le ligament croisé antérieur, situé à l’intérieur de l’articulation, relie la partie antérieure du tibia à la partie postérieure du fémur.

 

Il empêche le tibia de partir en avant et stabilise le genou lors des mouvements de pivot.

DIAGNOSTIC :

 

La rupture du ligament croisé est très fréquente, survenant généralement après un traumatisme lors d’un sport de pivot (foot, rugby) ou de ski.

 

Initialement le genou est gonflé et douloureux.

 

Le traitement chirurgical n’est jamais une urgence. Le diagnostic est posé par l’examen clinique (surtout) et par une IRM qui de plus pourra révéler des lésions des ménisques ou du cartilage.

 

Le ligament croisé antérieur cicatrise mal et un patient sans ligament croisé antérieur risque de développer une instabilité (genou qui lâche) qui va progressivement abimer les ménisques puis le cartilage et évoluer vers l’arthrose du genou. 

PROTOCOLE :

Le cartilage assure la fluidité des mouvements du genou. Il protège l'os et fait en sorte que les surfaces de l'articulation glissent facilement les unes contre les autres.
 
Le genou renferme deux types de cartilages articulaires : le cartilage fibreux (ménisque) et le cartilage hyalin.
 
Le cartilage s'use non seulement au fil des ans, mais aussi en fonction de son utilisation. Il possède en outre une capacité de régénération limitée.
 
Le tissu cicatriciel se compose essentiellement de cartilage fibreux, de moins bonne qualité que le cartilage hyalin d'origine.
 
Par conséquent, de nouvelles déchirures et fissures apparaissent dans le cartilage après un certain temps.

TRAITEMENT MEDICAL :

 

La prise en charge initiale consiste en le port de béquille, d’une attelle, le glaçage et la rééducation pour éviter une fonte musculaire trop importante et l’enraidissement.

PROTOCOLE

POST OPERATOIRE

Protocole de rééducation après ligamentoplastie par le Dr François DEPREY et le Docteur Bruno FAIVRE

TRAITEMENT CHIRURGICAL :

 

Le but du traitement chirurgical est donc de stabiliser le genou pour :

 

  • permettre au patient jeune et sportif de reprendre l’intégralité de ses activités sportives,

  • éviter à un patient instable de développer une arthrose du genou sur le long terme.

Il se fait sous arthroscopie (par caméra).

Le principe est de prélever un tendon des ischiojambiers, le demi tendineux, pour le replier en 4 de façon à obtenir une greffe solide (technique TLS ou Arthrex).

 

La greffe est ensuite insérée et fixée solidement dans le genou sous arthroscopie en lieu et place de l’ancien ligament croisé antérieur.

 

Le tendon prélevé cicatrise et après une bonne rééducation ne laisse aucune séquelle.

HOSPITALISATION :

 

L’intervention se fait en hospitalisation ambulatoire et peut être faite sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie. 

SUITES OPERATOIRES :

 

Rééducation post-opératoire : Les trois premières semaines se passent sans kinésithérapeute, en suivant un protocole remis et expliqué à la clinique. La rééducation se déroule ensuite chez un kinésithérapeute de ville et ne nécessite pas de centre de rééducation. 

 

L’arrêt de travail est de 3 à 6 semaines selon l’activité pratiquée. Il est possible de conduire 15 jours après l’intervention. Une consultation de contrôle est prévue avec votre chirurgien 45 jours après l’intervention puis à 3 mois.

A 3 et 6 mois de l’intervention, un bilan musculaire complet avec bilan isocinétique est réalisé par un médecin rééducateur au centre des Bleuets.

 

6 premières semaines : Le réveil musculaire (sidération quadricipitale) est travaillé immédiatement après l’opération à la clinique. L’appui est autorisé sous couvert de béquilles pendant 3 semaines et sans attelle. Le travail de rééducation consiste à récupérer l’ensemble des mobilités du genou, travailler le quadriceps et les ischiojambiers et mobiliser la rotule.

 

De 6 semaines à 3 mois : La rééducation est intensifiée particulièrement sur le quadriceps qui a tendance à fondre de manière importante et sur les ischiojambiers. Le vélo extérieur et la natation (crawl) peuvent être autorisés.

 

De 3 à 6 mois : rééducation intensive du quadriceps et des ischiojambiers, travail de proprioception. La course en ligne peut être autorisée selon le test isocinétique à 3 mois.

 

A partir de 6 mois : reprise des sports de pivots et des activités de compétitions sous réserve d’un bilan isocinétique satisfaisant et avec les conseils du médecin rééducateur.

Dans tous les cas, un travail personnel sur vélo d'appartement sera demandé en complément de la kinésithérapie.

Création Octobre 2015 / MAJ Septembre 2019 - Docteur François DEPREY et Docteur Bruno FAIVRE - GN